Montréal, Québec, a été la ville hôte de la 151e réunion du comité de direction d’Eurimages qui s’est tenue du 18 au 22 juin 2018. Cette réunion d’Eurimages a réuni des délégués de 37 pays européens, des représentants du gouvernement et des leaders de l’industrie audiovisuelle canadienne. 

Eurimages est le Fonds culturel du Conseil de l’Europe et le Canada en est le 38e pays membre (et le premier pays non européen). En tant que leader en coproduction, nous sommes fiers de mettre à profit cette prestigieuse association qui offre de nouvelles possibilités aux cinéastes canadiens, notamment en matière de financement, de partenariats, d’exportation et de coproduction. (Pour en savoir plus sur Eurimages, cliquez ici.)

Faire partie d’Eurimages représente beaucoup pour le Canada. En 2017, sept projets canadiens ont été sélectionnés pour être financés par Eurimages, pour un total de 3,4 millions de dollars. Cette année, la réunion à Montréal a donné lieu au financement d’un projet canadien produit par la Canadienne Julia Rosenberg et réalisé par le cinéaste français Bibo Bergeron (réalisateur de Shark Tale). Ce projet intitulé Charlotte est une coproduction du Canada, de la France et de la Belgique. Se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, ce long métrage d’animation raconte l’histoire de Charlotte Salomon, une artiste juive qui a péri dans un camp de concentration après avoir fui avec sa famille dans le sud de la France.

La parité hommes-femmes est un des autres sujets abordés pendant la réunion, et Téléfilm Canada en a profité pour révéler ses plus récentes statistiques sur la parité hommes-femmes

« Ces résultats sont encourageants et un changement positif s’opère, toutefois les films à plus gros budget représentent le défi le plus important, puisque l’écart est significatif », a déclaré Jean-Claude Mahé, directeur général par intérim de Téléfilm Canada dans un communiqué de Téléfilm sur les résultats de la parité hommes-femmes. « Nous avons besoin de la collaboration de l’industrie afin d’augmenter le nombre de projets de femmes dans cette catégorie. »

Previous
Next

M. Mahé a poursuivi en expliquant que c’est la raison pour laquelle Téléfilm Canada, en plus d’avoir augmenté ses efforts de promotion et les fonds alloués au développement de projets pilotés par des femmes, étudie présentement la possibilité de mettre en place de nouveaux incitatifs pour que ces projets puissent être réalisés, en se concentrant sur les projets de femmes ayant des budgets supérieurs à 2,5 millions de dollars (qui sont considérés comme des films à plus gros budget). M. Mahé a également expliqué que, puisque Téléfilm Canada et Eurimages partagent des objectifs similaires, y compris en matière de parité hommes-femmes, et que les deux organismes sont conscients que la coproduction n’est qu’un des outils pour y parvenir et qu’elle joue un rôle important dans la catégorie des films à gros budget, la réunion de Montréal était l’occasion idéale « pour véhiculer ce message ». La coproduction fait partie des solutions, puisque Eurimages cherche également à atteindre la parité hommes-femmes.

Téléfilm a également animé un panel intitulé La vision des femmes : un gage de succès et Carolle Brabant, ancienne directrice générale de Téléfilm, en a été la modératrice. Quelques réalisatrices, productrices et programmatrices les plus en vue parmi le paysage diversifié du Canada y participaient. Cliquez ici pour voir le panel.

Voyez les réactions des panélistes à nos plus récentes statistiques sur la parité hommes-femmes et entendez leur point de vue. En résumé, il reste encore beaucoup de travail à faire, mais ces premières avancées ont ravi les participants.