Hothouse et Alambic au MIFA 2022 : entrevue avec Maral Mohammadian et Anne-Marie Bousquet

14 • 06

Une grande partie de la présence canadienne au MIFA cette année est contenue dans la participation de deux programmes d’apprentissage pilotés par l’ONF : Hothouse et Alambic. 

Afin de mieux comprendre ce que ces cohortes réservent au public du festival et du marché, nous nous sommes entretenus avec Anne-Marie Bousquet, qui pilote le programme Alambic, et Maral Mohammadian, qui s’occupe pour sa part du volet Hothouse.

Les réponses ont été condensées pour des raisons de longueur. 

Pouvez-vous me parler un peu des programmes de mentorat que vous pilotez?

The Flying Sailor, de Wendy Tilby et Amanda Forbis

Maral Mohammadian (MM) : Le programme anglais de l’ONF a un programme d’apprentissage nommé Hothouse, conçu spécifiquement pour les cinéastes d’animation émergents. C’est un programme de production professionnel dans lequel les participants font un film d’une minute sur une période de trois mois, typiquement, allant de la conceptualisation à la finition, avec l’aide de mentors et à l’intérieur de la culture d’animation d’auteur de l’ONF. Ce n’est pas hâtif et grossier mais bien intense et extraordinaire – pensez aux serres horticulturales, dans lesquelles les jardiniers créent des conditions de pousse optimales afin d’encourager le florissement de fleurs exotiques en quelques semaines plutôt que quelques mois.

Hothouse est ouvert aux créateurs canadiens émergents à travers le pays. Il se limite généralement à six candidats qui travailleront avec une équipe professionnelle et perfectionneront leur art ainsi que leur voix artistique. Notre but est d’offrir du soutien aux nouvelles voix en plaçant une emphase sur le rôle de l’ONF comme producteur créatif et distributeur. C’est en quelque sorte une expérience prototype pour une collaboration plus grande par après, mais les anciens finissent aussi par faire des films indépendants ou par travailler dans l’industrie.

Le programme est devenu un percolateur de talents de renom avec une bonne reconnaissance et a aidé à créer une nouvelle génération vibrante de cinéastes d’animation au Canada, avec 79 diplômés à ce jour. Fondé en 2003, Hothouse a été conçu par le producteur exécutif du studio d’animation à l’époque, David Verrall, aux côtés du producteur Michael Fukushima. Nous avons récemment complété la 13e édition sous la nouvelle structure du studio interactif et d’animation de l’ONF.

Anne-Marie Bousquet (AMB) : Je pilote le projet Alambic. Il s’agit d’une nouvelle initiative destinée à la relève en animation. Après vingt-trois éditions du concours Cinéastes recherchés, le Studio d’animation du Programme français de l’ONF a eu envie de rebattre les cartes et d’essayer une nouvelle approche pour rejoindre la relève en animation francophone. Alambic est un laboratoire de création qui permet à trois réalisatrices-artisanes et réalisateurs-artisans émergents, peu importe leur âge, de créer un court métrage d’animation de quarante-cinq secondes à deux minutes dans un délai de six mois.

L’idée qui sous-tend Alambic est également de travailler dans un esprit de communauté et de collaboration. Toutes les rencontres de production et de contenu ont lieu avec l’ensemble des cinéastes autour de la table. Ceci leur permet, d’une certaine façon, de participer aux œuvres des deux autres, d’apprendre à se connaître, de s’encourager et de livrer, ensemble, le meilleur d’eux-mêmes et d’elles-mêmes. Tout au long du projet, les réalisatrices et réalisateurs sont entourés de l’équipe du studio, d’une consultante ou d’un consultant expérimenté et de collaboratrices et collaborateurs émergents. L’objectif est de leur permettre de profiter aussi de cette expérience pour développer un réseau de contacts et de partenaires pour leurs projets futurs.

L’utilisation du mot « Alambic » comme titre de cette initiative fait référence à un bouillonnement créatif où les idées se mêlent et où l’imagination se distille, goutte à goutte, pour mieux nous faire connaître l’essence des nouveaux talents. Le mot renvoie également à l’artisanat par sa connexion avec l’outil principalement utilisé dans le monde de la distillerie.

Que représente votre présence dans un festival et/ou marché pour vous? Quels sont les bénéfices d’y être?

AMB : Pour les cohortes d’Alambic et de Hothouse, c’est un beau prolongement de leur participation à une initiative pour la relève. Leur participation à des festivals et à des marchés est une occasion de poursuivre la démarche amorcée en production en leur donnant la possibilité de faire valoir leur œuvre, leur vision, leur talent et de développer un réseau qui pourra certainement les aider à accomplir leurs objectifs de développement professionnel.

Magical Caresses: Sweet Jesus de Lori Malépart-Traversy

Le Canada a toujours joui d’une excellente réputation dans le monde de l’animation à l’international. Comment se porte l’industrie en ce moment?

MM : Il me semble que l’industrie est très vivante en ce moment. La pandémie a frappé un dur coup pour l’industrie en prise de vue réelle, mais la production d’animation a généralement pu continuer sans interruption majeure. À part les films d’animation image-par-image à grande échelle qui demandent des équipes sur les plateaux et beaucoup d’éléments physiques, la majorité de l’animation peut être faite en isolation (les cinéastes d’animation blaguent beaucoup à ce sujet). La majorité des animateurs travaillent de manière digitale et sont habitués aux pipelines virtuels et au travail à distance. Ceux qui travaillent de manière analogue peuvent le faire dans des espaces et avec des équipements modestes.

AMB : On peut également observer une augmentation du nombre de maisons de production privées qui décident de se lancer dans la réalisation de projets d’animation. La démocratisation des outils et leur plus grande accessibilité permettent aussi à beaucoup de réalisatrices et réalisateurs de travailler sur des projets par eux-mêmes, de façon totalement indépendante.

Qu’est-ce qui caractérise la relève de l’animation au Canada, selon vous?

AMB : Je trouve que notre relève se porte bien, elle est belle et engagée. Je pense que ce qui la caractérise est vraiment ce besoin d’engager la conversation et de raconter leurs histoires à leur façon. Il faut dire que le réseau d’écoles d’animation au Québec et au Canada est excellent. On le remarque rapidement par la qualité des films d’animation étudiants qu’on peut visionner dans les festivals et en ligne.

Meneath: The Hidden Island of Ethics de Terril Calder

MM : Je remarque que la nouvelle génération de créateurs d’animation du Canada est très conscientisée. Ils sont très intentionnels dans leur façon d’être et de prendre leur place dans ce monde. Côté métier, ils sont très souples et collaboratifs. Il fut un temps où c’était considéré normal de prendre 5 à 7 ans à travailler sur un court métrage d’animation (parce que chaque. Étape. Prends. Tellement. De. Temps.), mais les gens ne veulent plus faire ça. Ils veulent faire de l’art plus immédiat, alors ils recherchent les méthodes qui favoriseront ça.

Ils ont aussi une relation plus naturelle avec la création d’images en général; ils créent et partagent des œuvres quotidiennement, ce qui les rends plus fluide dans leurs échanges avec le public. Je pense (et j’espère) que tout ceci veut dire que l’animation deviens plus accessible aux gens qui ne seraient pas portés a l’étudier de façon formelle. L’animation, c’est très technique, et donc ça peut être très intimidant, voir même inaccessible, pour bien des gens. La technologie a rendu les outils plus faciles à utiliser, et l’obsession culturelle avec les images a rendu (pour le meilleur et pour le pire) ça plus accessible à des gens issus d’horizons divers.

Pouvez-vous me parler des projets qui seront à Annecy?

AMB : L’Office national du film du Canada sera présent au Festival international du film d’animation d’Annecy avec trois courts métrages en compétition : le très attendu Le matelot volant (The Flying Sailor) des cinéastes renommées Wendy Tilby et Amanda Forbis, qui fera sa première mondiale ; Meneath : l’île secrète de l’éthique (Meneath: The Hidden Island of Ethics) de l’artiste primée Terril Calder, Crie-Métisse Orkney ; et Caresses magiques – Doux Jésus de la jeune réalisatrice Lori Malépart-Traversy.

Ces œuvres, toutes signées par des femmes aux talents reconnus et appuyées par plusieurs productrices, marquent par leurs approches artistiques originales, leurs techniques variées et leurs propos uniques, allant de réflexions sur l’existence à l’identité et à la sexualité. L’ONF et ses studios d’animation seront également à l’honneur lors du Studio Focus du 14 juin tenu sur place. Faisant partie intégrante de la programmation officielle du Marché international du film d’animation (MIFA) du festival, le Studio Focus de l’ONF, Nouvelles expressions, se tiendra le 14 juin et mettra en valeur les créatrices et leurs œuvres sélectionnées cette année à Annecy. et mettra en valeur les créatrices et leurs œuvres sélectionnées cette année à Annecy.

Dans la même catégorie

La boucle est bouclée : La théorie Lauzon à Cannes 2022

Générations : Talent tout court à Cannes 2022

Votre ‘Premier Regard’ sur les prochains succès cinématographiques du Canada

Opportunités de coproduction canadienne : Producteurs sans frontières

Présélection des Oscars : le Canada dans la course!

Coucher de soleil sur la banlieue : Falena de Nancy Pettinicchio à Clermont-Ferrand

Le Canada sur votre écran pour Sundance et Slamdance!

Regarder en arrière, aller de l’avant : Talent tout court à Clermont-Ferrand 2022

Revue de l’année 2021

Énoncé de collecte

de renseignements personnels

Infolettre RDVCanada

Afin de procéder à votre inscription à l’infolettre, nous devons obtenir certains renseignements personnels à votre sujet. Le présent énoncé explique pourquoi ces renseignements sont nécessaires et à quoi ils serviront.

Inscription à l’infolettre

Les renseignements personnels sont collectés afin de vous inscrire à l’infolettre pour que vous puissiez recevoir de l’information par courriel. Ces renseignements comprennent notamment votre adresse de courriel, votre nom, votre préférence linguistique ainsi que votre emplacement (province et pays. Les renseignements personnels liés à votre inscription transigeront par la plateforme CakeMail, laquelle permet le traitement et l’hébergement de l’information au nom de Téléfilm Canada, en conformité avec les politiques de ce fournisseur de services disponibles au(x) lien(s) suivant(s) : https://www.cakemail.com/ca-fr/conditions-dutilisation; https://www.cakemail.com/ca-fr/politique-de-confidentialite.

La cueillette et l’usage fait des renseignements personnels sont conformes aux dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels et sont en lien avec la mission de Téléfilm Canada telle que spécifiée à l’article 10 de la Loi sur Téléfilm Canada. Ces renseignements peuvent être utilisés à des fins d’évaluation, de compilation de statistiques et d’établissement de rapports. Ces informations sont versées dans le fichier de renseignements personnels Communications publiques (POU 914).

Demande d’informations sur la vie privée

Si vous avez une question, un commentaire, une préoccupation ou une plainte au sujet de l’application de la Loi sur la protection des renseignements personnels et des politiques connexes, veuillez communiquer avec le coordonnateur de la protection des renseignements personnels de Téléfilm Canada par courriel à ATIP-AIPRP@telefilm.ca, par téléphone au (514) 283-6363 ou (800) 567-0890, par télécopieur au (514) 283-8447, ou en écrivant à :

Coordonnateur de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels
Téléfilm Canada
360, rue Saint-Jacques, bureau 600
Montréal (Québec) H2Y 1P5

Si vous n’êtes pas satisfait(e) de notre réponse à l’égard de vos préoccupations au sujet de la protection de vos renseignements personnels, vous pouvez communiquer le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada par courriel, à : info@priv.gc.ca ou par téléphone, au (800) 282-1376.