Après le succès obtenu au 44e Festival international du film de Toronto, où il a été présenté en première mondiale et a raflé le très convoité prix du Meilleur long métrage canadien, le film Antigone de Sophie Deraspe, un cinquième pour la réalisatrice, fait encore des vagues. Comme Téléfilm l’annonçait récemment, Antigone a été choisi pour représenter le Canada dans la catégorie Meilleur film international de la 92e cérémonie des Oscars, qui se déroulera le 9 février 2020.

Ce drame revisite la tragédie grecque Antigone, de Sophocle, en modernisant l’intrigue et en soulignant les thèmes que la cinéaste trouve important de mettre en valeur dans cette œuvre, comme elle l’explique dans un communiqué de Téléfilm. « Amener Antigone dans la course aux Oscars est non seulement un honneur immense, mais j’en fais aussi un devoir d’empathie, d’art et d’intégrité, des valeurs que notre cinéma sait si bien porter », a déclaré Sophie Deraspe. La réalisatrice signe également le scénario, elle qui a découvert le cinéma grâce à sa passion pour les arts visuels et la littérature. Originaire du Québec, Sophie a déjà été maintes fois récompensée, notamment par le prix FIPRESCI de la critique internationale à Turin pour son film Les Loups, et par la sélection de son documentaire Le profil Amina dans la compétition officielle à Sundance.

À propos du film

L’histoire d’Antigone va comme suit : lorsqu’elle aide son frère à s’évader de prison, l’adolescente Antigone (incarnée par Nahéma Ricci, sélectionnée récemment pour le programme TIFF Rising Stars) choisit de suivre son propre code moral et son sens inné de la justice et de l’amour, plutôt que les lois sociétales et autres pouvoirs externes. La distribution comprend également Nour Belkhiria, Rawad El-Zein, Rachida Oussaada, Hakim Brahimi, Paul Doucet et Antoine Desrochers.

Previous
Next

Le processus de sélection

Alors, comment Antigone a-t-il été choisi pour représenter le Canada aux Oscars cette année? Bien, Téléfilm Canada coordonne et préside le comité de sélection pancanadien (sans droit de vote), un comité constitué de 20 membres représentant les organismes gouvernementaux clés et les principales associations de l’industrie cinématographique nationales.

Cette année, 16 films ont été soumis au comité, dont neuf réalisés ou coréalisés par des femmes, de souligner fièrement Christa Dickenson, directrice générale de Téléfilm Canada.

L’histoire du Canada aux Oscars

Au fait, si vous avez l’impression de ne pas connaître la catégorie Meilleur film international, sachez que c’est le nouveau nom donné à la catégorie Meilleur film en langue étrangère, dans laquelle les films représentant le Canada ont accédé à la liste finale de la course à l’Oscar à huit reprises à ce jour. Notre candidat a même remporté la statuette en 2004; il s’agit bien sûr du film Les Invasions barbares de Denys Arcand. À noter que deux autres films de ce même cinéaste ont également été en compétition officielle dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère : Le Déclin de l’empire américain et Jésus de Montréal.

Les autres nominations à travers le monde

D’autres candidatures soumises par des pays de partout au monde seront examinées — y compris le film It Must Be Heaven d’Elia Suleiman, une coproduction France-Qatar-Allemagne-Canada-Palestine-Turquie soumise par la Palestine, et le film Un Traductor (Un traducteur) de Sebastián Barriuso et Rodrigo Barriuso, une coproduction Cuba-Canada soumise par Cuba —  et l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences publiera une courte liste de 10 films le 16 décembre 2019. Et finalement (roulement de tambour je vous prie), le grand dévoilement des cinq candidats officiels de la catégorie aura lieu le 13 janvier 2020.