«En faisant mes recherches, je me suis rendu compte que la formation militaire pouvait être particulièrement intéressante. Ces jeunes doivent prendre beaucoup de maturité en très peu de temps. Et pour quelqu’un comme moi qui fait du cinéma d’observation, c’était l’idéal de se retrouver à tourner un film dans un lieu où des gens se retrouvaient confinés pendant 12 semaines.»

quebec.huffingtonpost.ca

«Oui, c’est vrai que tourner au Canada procure des avantages fiscaux. Mais si les techniciens n’étaient pas bons, les réalisateurs ne reviendraient pas. C’est loin d’être le cas! Nous avons des gens créatifs, des équipes qui travaillent bien», se réjouit Carolle Brabant, directrice générale de Téléfilm Canada, qui s’enthousiasme du succès du film de M. del Toro.

lapresse.ca